Success story: Cas de réussite sur l’entreprenariat jeune en milieu rural, appui du programme Sustainable Intensification Innovation Lab (SIIL)

Byadmin

Success story: Cas de réussite sur l’entreprenariat jeune en milieu rural, appui du programme Sustainable Intensification Innovation Lab (SIIL)

«Assurons la relève générationnelle»

 

Oumar Diop, Tassette (Thiès) 769405416 , Bénéficiaire de l’appui de l’appui: Engagement des jeunes en agriculture du programme Laboratoire d’innovation en intensification durable (SIIL).

Amadou DIOP: « Je suis devenu entrepreneur en maraichage et en production et vente de plantes horticoles.

Grâce à la formation et à l’accompagnement technique reçue, je suis présentement en plein production diversifiée de légumes et fruits. Je dispose d’une superficie totale de 9000 m2, mais j’exploite actuellement moins de 5000 m2 (1000 m2 de tomate, 500 m2 de piment et 2000 m2 d’oignon). Je produis également des épices (épinard, menthe) et de la laitue que ma femme commercialise » .

La formation sur les techniques de production en maraichage particulièrement celle des actions d’intensification et d’efficience dans l’exploitation m’a permis de doubler les résultats obtenus sur une unité de surface. J’exploitais jadis, une plus grande superficie en maraichage et la récolte n’était pas fameuse, car n’ayant pas suffisamment de moyens pour intensifier avec les intrants (engrais et amendement organique) et la main d’œuvre.

La campagne dernière m’a permis de réaliser un revenu brut de 910 000 Fcfa avec 91 sacs d’oignon (3640 kg) et 15 casiers de tomate. Avec une partie de l’argent, j’ai pu acheter 6 béliers pour embouche qui ont été revendus à l’approche de la Tabaski.

Grâce à cette formation, je suis devenu entrepreneur et je gagne bien ma vie avec l’appui de ma femme. Je compte installer un système d’irrigation goutte à goutte pour économiser l’eau qui renchérit mes coûts de production.

Aussi, mes activités de production m’ont permis de rester stable avec ma famille au village et je n’ai plus besoin d’aller à Dakar pour y travailler.