Projet KOPIA : Synthése des visites guidées des essais de Sésame

ByCheikhou DRAME

Projet KOPIA : Synthése des visites guidées des essais de Sésame

Dans le cadre du projet KOPIA  lancé en début d’année 2019 et financé par la Corée  pour une durée de 03 ans  en partenariat avec l’État du Sénégal à travers l’Institut Sénégalais de Recherche Agricole , des activités de diffusion de variétés de sésame performantes ont été démarrées .Ces activités vont permettre non seulement d’améliorer la fertilité du sol mais également la productivité du sésame .

Durant la première année d’activité, une étude comparative et multi-locale de la performance de variétés sénégalaises et coréennes en stations a été faite. L’objectif de cette activité était aussi d’étudier l’adaptabilité de ces variétés coréennes dans les différentes zones ciblées du pays ( la Zone Nord, le  Bassin arachidier, Tambacounda et la  Casamance) à travers les différentes stations de l’ISRA implantées dans ces différentes zones (Ndiol, CNRA Bambey, Nioro, Sinthiou Maléme, Séfa).

C’est dans ce cadre que des visites participatives ont été organisées avec les producteurs de sésame partenaires et les organisations qui les encadrent comme le FENPROSE,  le GADEC , le GIE ASSOLUCER, et autres producteurs de sésame voisins ou organisations paysannes  sur les essais multi-locaux de caractérisation agro-morphologiques de variétés coréennes introduites (Hansum, Osan, Namsan, Suwan, Yousung, Ansan, Gunheug, Whaheug) comparées aux variétés sénégalaises cultivées (32-15, 38-1-7, jaalgon128,) et récemment homologuées en 2017 (HB168, LC162, LC164, EF147, EF153).

La première visite s’est déroulée du le 22 au 25 novembre 2019 au CNRA de Bambey, à la station de Nioro,  de Sinthiou Maléme et  de Séfa avec les producteurs et groupement de producteurs de sésame FENPROSE, GADEC, GIE ASSOLUCER, ADAAS (Alliance des Daaras du Sine et du Saloum),  les Chefs des stations de l’ISRA, Techniciens, représentants Directeurs de centres et  des chercheurs.

Les essais ont été présentés par Mme Marème NIANG BELKO du CERAAS, la coordonnatrice du projet et les techniciens et assistant du projet. Les différentes variétés, leurs caractéristiques agro-morphologiques et leurs différents traits agronomiques et nutritionnels particuliers liés à leur performance et à la qualité de leurs graines ont été présentés. Les producteurs ont beaucoup appréciés toutes les variétés en particulier celles coréennes qui malgré leur courte taille et précocité sont bien remplies de capsules au niveau des nœuds. Les femmes ont trouvé beaucoup d’intérêt à ces nouvelles variétés coréennes qui finissent vite leur cycle et facile à entretenir, elles disaient que ce serait facile de les associer à d’autres cultures de par leur caractère monotige et courte taille. Beaucoup de discussion tournaient autour des variétés mais aussi sur la pratique culturale du sésame (densité, date de semis, association culturale avec l’arachide, le niébé, les céréales et même avec le bissap).

Cette rencontre a été bénéfique et a pris fin avec une synthèse où chaque producteur racontait en ce qui le concerne ses « success stories », connaissances locales et savoir-faire avec le sésame. Les producteurs ont exprimé un fort besoin de collaborer avec les professionnels pour pouvoir bénéficier d’appui technique et de conseils sur la culture du sésame qu’ils portent dans leur cœur. De vifs remerciements ont été portés à l’endroit du chef du projet Mme BELKO pour son professionnalisme et sa volonté d’associer toujours les producteurs dans ses projets et à travers elle, ils ont exprimé leur profonde gratitude à l’endroit de l’ISRA et du CERAAS et des partenaires comme la FENPROSE pour son dévouement et son engagement sans faille pour l’intérêt des producteurs de sésame au Sénégal. Dr Kim a aussi partagé ses expériences et conseils de bonnes pratiques de la culture du sésame et expliquer en détails les caractéristiques agronomiques des variétés coréennes.

La deuxième visite guidée  s’est faite le Jeudi 12 Décembre 2019 à la station expérimentale de Ndiol à Saint Louis avec les producteurs et groupement de producteurs de sésame : FENPROSE, GADEC, Chef de station de Ndiol, Techniciens, étudiants en master production et transformation des produits agricoles de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis(UGB), représentants Directeurs et chercheurs du CRA de Saint-Louis. Dr  Kim Jin BAE Directeur de  KOPIA SENEGAL   a aussi partagé ses expériences et conseils de bonnes pratiques de la culture du sésame et expliquer en détails les caractéristiques agronomiques des variétés coréennes. Il a aussi expliqué l’importance de la fertilisation surtout organique au développement idéal des plants de sésame ; comme le compostage. Madame Maréme NIANG BELKO, la coordonnatrice du projet, mais également revenir sur l’idée du projet, l’historique, la technique de culture et l’importance du sésame surtout sa rentabilité. Certains producteurs profane à la culture ont profité de la discussion pour demander les conditions édapho-climatiques qu’exige la culture du sésame mais également les meilleures techniques utilisées pour optimiser la production. Les étudiants de l’UGB ont également pris la parole pour demander des techniques d’obtentions des variétés coréennes puisqu’elles sont améliorées. En compagnie des producteurs, chaque variété est expliquée du point de vue morphologique, génétique et productivité afin de pouvoir recueillir à la fin la préférence des producteurs. La visite s’est bien déroulée et le constat est que les producteurs ont bien apprécié l’idée d’opérer par une démarche participative dans l’évaluation de ces variétés. Les producteurs de la vallée sont aussi intéressés á la culture du sésame.

A l’issu des visites guidées nous avons pu recueillir des informations concernant les contraintes sur la filière sésame

  •        Les producteurs ont fait état des différentes contraintes rencontrées dans la production du sésame. Il s’agit de l’accès aux semences, le manque de formation sur les techniques de culture du sésame et surtout l’écoulement de leurs produits de récolte dans le marché liés au faible niveau d’accès à l’information sur les points de vente qui existent avec les indiens et les chinois qui achètent généralement une grosse partie de la production.
  • Les solutions qui pourraient être adoptées seraient de créer une plateforme qui incluraient tous les acteurs de la filière (les producteurs, les chercheurs, les acheteurs, les bailleurs, ONGs, GIEs, OPs et même les chefs religieux, maires ou gouverneurs) pour aider les paysans à régler les questions un à un liées au développement de la culture du sésame et même de la transformation de ses graines, et surtout à écouler leurs produits plus facilement et contribuer à harmoniser le prix du kilogramme.

About the author

Cheikhou DRAME administrator